Nativite

Maria Montessori, le Père Noël et le petit Jésus

Nos enfants ne croient pas au Père Noël. Pour eux, Noël est l’anniversaire de Jésus et pour fêter cet anniversaire pas comme les autres, on s’offre des cadeaux les uns aux autres. Et comme nous sommes lorrains d’origine, nous offrons nos cadeaux personnels aux enfants le jour de la Saint Nicolas. J’entends déjà des parents hurler que je leur vole leur enfance, que je les prive de la magie de Noël. J’entends des catholiques déplorer que je ne poursuive pas la tradition qui veut que ce soit le petit Jésus qui apporte des cadeaux sur Terre en naissant. J’entends des athées se moquer : comment peut-on refuser de laisser croire ses enfants au Père Noël et leur parler de Jésus ? Je vous rassure, tout cela est en réalité un peu plus nuancé.

Cette question déchaîne facilement les passions parce qu’elle touche à des souvenirs très personnels, à des traditions familiales bien ancrées et que tout changement risque d’être vécu comme une trahison à son passé ou à son héritage.

Maria Montessori était très virulente contre le fait de profiter de notre position de parents pour imposer des croyances que nous savons être fausses aux enfants :

« Nous croyons pourtant développer beaucoup l'imagination de l'enfant en lui donnant à croire comme vraies des choses fantastiques ; ainsi, par exemple, Noël est personnifié dans certains pays latins par une vilaine femme, la Befana [...]. Dans les pays anglo-saxons, au contraire, Noël est un vieillard caduc, couvert de neige, qui porte dans un panier énorme les jouets aux enfants, en rentrant réellement la nuit dans leur maison. Mais comment ce qui est le fruit de notre imagination pourrait-il développer l'imagination des enfants ? Nous seuls imaginons et non eux : ils croient, ils n'imaginent pas. La crédulité est, en effet, une caractéristique des esprits non évolués auxquels manquent l'expérience et la connaissance des choses réelles, et auxquels l'intelligence qui distingue le vrai du faux, le beau du laid, le possible de l'impossible fait encore défaut. » (Pédagogie scientifique, tome 2)

Père Noël

Mais par ailleurs, elle était profondément catholique et n’aurait jamais mis sur le même plan le Père Noël et Jésus. Le cœur de son message est le suivant : nos enfants nous font confiance, soyons-en dignes et ne les faisons pas croire à des choses auxquelles nous-mêmes ne croyons pas.

« Est-ce la crédulité que nous voulons développer chez nos enfants, uniquement pour cette raison que dans la période où ils sont naturellement ignorants et non évolués ils se montrent crédules ? »

Je vais peut-être vous surprendre, parce que je suis montessorienne depuis toujours, mais nos deux aînés, François et Elisabeth, ont cru un certain temps au Père Noël. Nous n’avons rien fait pour à la maison, jamais nous ne leur avons dit que le Père Noël allait leur apporter des cadeaux, mais les nounous ou haltes-garderies ont pour habitude de faire envoyer des lettres au Père Noël, de faire réaliser des bricolages sur ce thème voire même de le faire venir en personne (enfin, vous me comprenez) voir les enfants.

Sapin de Noël

J’écris que nos deux aînés ont cru un certain temps au Père Noël mais pour être honnête, je n’en sais rien. Ils me disaient « Le Père Noël va m’apporter des cadeaux ! » et je répondais « Ah oui ? » sans insister, mais lorsqu’un jour un monsieur déguisé en Père Noël est venu à la crèche à la fin d’un petit goûter-spectacle, j’ai été surprise de voir Elisabeth reculer derrière moi et François prendre un air perplexe. Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’au fond d’eux, ils savaient très bien que le Père Noël n’existait pas, ne pouvait pas exister, et que le fait de le voir devant eux les perturbait.

Cela m’a rappelé des souvenirs d’enfance. Je me revois très bien, vers 6-7 ans, chercher partout dans notre appartement les cadeaux que mes parents avaient achetés et cachés. Je savais donc bien que les cadeaux venaient d’eux, j’avais même compris (comment ? je ne m’en souviens plus) qu’ils devaient s’y prendre à l’avance et les cacher quelque part. Pourtant je me rappelle parfaitement jouer le jeu du Père Noël. J’écrivais ma petite lettre, je parlais du Père Noël, officiellement c’était lui le grand pourvoyeur de cadeaux. Au fond, je jouais le jeu.

C’était comme un code social appris de tous. Et je serais très curieuse de savoir combien d’enfants « prétendent » seulement croire au Père Noël et se contentent en réalité de jouer le jeu qu’on veut leur voir jouer. Surtout à partir de 6 ans, de l’âge des grandes questions existentielles et du début du raisonnement.

Enfant à Noël

Mais en tout cas François et Elisabeth laissaient à penser qu’ils croyaient au Père Noël. Mais cela me mettait mal à l’aise. Deux choses me dérangeaient : en tant que catholique, le Père Noël dénotait dans notre fête religieuse de la naissance et de l’incarnation de Dieu ; par ailleurs, j’avais le sentiment d’abuser de leur confiance. Je ne leur avais pas fait croire au Père Noël, mais j’avais l’impression de leur mentir par omission. Comment allaient-ils ensuite pouvoir me faire confiance sur les choses importantes ?

Pour résoudre le premier point, j’ai été tentée de recourir un moment à une explication qui avait cours dans la famille de mon mari : ce n’est pas le Père Noël mais le petit Jésus qui apporte des cadeaux en venant au monde. C’est mignon, c’est attendrissant, mais c’est faux. C’était plus respectueux de mes convictions : après tout oui, dans la foi chrétienne, Jésus apporte des cadeaux sur Terre en naissant, mais il s’agit de paix, de joie, de foi et pas de petits paquets bien enrubannés !

Autre tradition que j’aime beaucoup, par attachement régional : ce serait Saint Nicolas qui apporte les cadeaux sur son âne. Pour ceux qui ne la connaissent pas, la légende de Saint Nicolas est brutale mais au fond réconfortante : trois petits enfants vont glaner dans les champs mais se perdent tandis que la nuit tombe. Ils vont se réfugier chez un boucher qui, pour une raison qui m’échappe, décide de les tuer, de les couper en petits morceaux et de les mettre dans son saloir. Quelques années plus tard (3 ou 7, parce que ce sont des chiffres forts symboliquement), Saint Nicolas frappe à la porte du boucher et lui demande à entrer puis à souper. Le boucher lui propose toutes sortes de viande mais lui réclame la viande qui est dans le saloir depuis 3 ou 7 ans. Le boucher paniqué fuit en courant et Saint Nicolas, en faisant un grand signe de croix au-dessus du saloir, ressuscite les enfants.

Saint Nicolas

Saint Nicolas est ainsi devenu le saint patron des petits enfants et des écoliers (entre autres). Dans l’Est, il passe souvent dans les écoles distribuer du pain d’épice et des clémentines et on échange souvent les cadeaux le 6 décembre, jour de sa fête. La tradition veut que l’on dépose ses chaussons devant la cheminée (ou la fenêtre), ainsi qu’un petit verre ou un bol de soupe pour Saint Nicolas et une carotte pour son âne. Si les enfants ont été sages, il dépose des cadeaux et des clémentines mais s’ils ont fait des bêtises, c’est le Père Fouettard qui passe et qui ne leur laisse que des morceaux de charbon.

Là encore, on peut discuter de l’existence même de Saint Nicolas, même si elle semble bien avérée (il était évêque de Myre), mais ce qui est sûr, c’est qu’il ne fait pas le tour des foyers la nuit du 5 décembre pour distribuer des jouets !

Donc cela ne résolvait pas mon problème.

La seule solution qui me restait était de parler aux enfants et de leur dire la vérité : le Père Noël n’existe pas, mais c’est une fête qui nous rend tellement heureux que pour le montrer, on s’échange des cadeaux. J’avais peur de les décevoir, de briser « l’esprit de Noël », d’enlever toute la magie de la fête.

Père Noël 2

Eh bien non. J’ai même eu droit à un « Je m’en doutais bien. Comme il aurait fait pour savoir ce qu’on voulait et donner des cadeaux à tout le monde ? ». Ah ben oui, évidemment. Je me suis senti bête. J’avais (mais ce n’était pas la première fois, ni la dernière) sous-estimé mes enfants.

Je ne crois pas que cela ait rien retiré à leur joie. Ils s’amusent toujours de voir un Père Noël dans la rue, en sachant très bien que ce n’est qu’un déguisement, et je pense même que cela les rassure d’avoir mis sur la table le fait que c’est une tradition et que c’est pour cela que tout le monde fait semblant d’y croire. Sauf que maintenant, ils ont également pris conscience qu’ils pouvaient eux aussi offrir des cadeaux, par exemple en tissant un bracelet de perles ou en fabriquant une décoration de sapin en argile pour leurs cousins du même âge qui ne croient pas non plus au Père Noël.

Et comme nous leur avons expliqué que nous regrettions de les avoir laissé croire à quelque chose de faux, sans nous moquer d’eux pour leur crédulité et sans les prendre de haut, ils n’éprouvent pas l’envie de détromper les enfants qui, autour d’eux, parlent du Père Noël. Pour eux, c’est naturel, il n’existe pas mais ils n’ont pas de vengeance à prendre et ne vont pas chercher à se moquer d’eux.

Cheminée

Nous mettons toujours nos chaussons devant la cheminée le 5 décembre, nous n’oublions jamais la carotte et le petit verre de mirabelle, mais nous le faisons comme une tradition, un petit rituel pour nous rappeler notre attachement à une région qui nous est chère. Et le matin nous nous émerveillons tous ensemble des cadeaux reçus, mais les enfants viennent nous dire merci et savent bien qui les a déposés pendant la nuit. Ce n'est pas parce que nous croyons en un personnage magique que nous accomplissons ce petit rituel, c'est parce que nous accomplissons ce rituel ensemble, en famille, que l'instant devient magique.

Mais vous voyez peut-être une contradiction entre le fait de refuser l’imaginaire et celui d’enseigner la vie de Jésus ou des saints et de raconter les récits de la Bible. Je reviendrai sur les récits les plus anciens et pour beaucoup symboliques de la Bible dans un autre billet. Pour les saints, souvent une légende dorée s’est formée autour d’événements réels, pour prendre une portée symbolique (comme Saint Georges et son fameux dragon, symbole du combat et de la victoire du bien sur le mal, image de la chevalerie). Mais pour le reste, leur vie est généralement parfaitement attestée et je n’ai pas de raison de la mettre en doute. De même pour Jésus, en tant que chrétienne je crois tout ce qui est dit dans l’Evangile, littéralement. Pour moi, le transmettre aux enfants signifie leur donner les moyens de grandir dans la foi et dans la sainteté, de devenir des hommes et des femmes bons, attentionnés envers les autres et pleins d’amour.

Je n’abuse donc pas plus de leur crédulité que de la mienne. Je ne leur transmets que ce dont je suis moi-même intimement convaincue, jusqu’au fond de mon être. Et ne vous en faites pas, maintenant que les enfants savent ce qu’il en est du Père Noël, ils ne laissent rien passer. Je suis bien obligée de m’assurer que les fondements de ma propre foi sont solides ! « Et pourquoi Jésus il existe ? ». Je me retrouve à faire de l’apologétique : personne n’a jamais accepté de mourir pour ne pas renier le Père Noël ! Tandis que l’exemple des martyrs nous montre que la foi en Jésus est bien plus forte.

Saint Pierre

Pourquoi mourir pour quelque chose dont on sait que c’est faux ? Or les apôtres eux-mêmes, qui connaissaient Jésus, sont morts en martyrs, laissant des lettres, des écrits. Etc. etc. C’est tout un travail d’esprit critique qui est à faire, mais il faut de toute façon le faire pour distinguer l’histoire des légendes, donc autant s’y attaquer aussi pour quelque chose d’aussi important que la religion. Je dois être prête à défendre ma foi et je leur apprends par là-même à défendre la leur. Je pense que c'est vital si on veut éviter qu'à l'adolescence, nos enfants perdent la foi. Tout repose sur les fondations bâties ou non pendant l'enfance.

Il y aurait encore bien des choses à dire sur l’imaginaire et l’imagination, mais cela suffit pour aujourd’hui ! D’autant que j’ai peut-être bien laissé échapper une chose à ma vigilance… Dernière question en date de mon fils : « Comment notre chat sait-il qu’il ne faut pas manger la Petite Souris quand elle vient apporter un cadeau ? » Oups !

 

 

Pour continuer sur le sujet de Noël et vous lancer ou poursuivre dans la pédagogie Montessori, inscrivez-vous pour recevoir mon guide de Noël des cadeaux Montessori !

Guide de cadeaux Montessori

 

imaginaire religion imagination

Commentaires (6)

FREDI83
  • 1. FREDI83 | 23/11/2017
Tout à fait d' accord avec le contenu de votre article..........
nous n' avons jamais fait de "liste au père Noel", et jamais prétendu a son existence...........
mais nous avons ensemble, en famille, fait la crèche chaque année, et préparé les chaussons sous le sapin.

Ma fille, si elle y cru un peu, c' est sans doute par assimilation avec ses camarades. Mais dès ses 6 ans, elle n' a plus été dupe et savait que c' était juste une histoire...........
Quand j' en ai parlé avec elle, je n' ai pas pu m' empêcher de lui dire que tout ça c' étaient de jolies histoires........ et beaucoup de commerce derrière !
Je lui ai raconté St Nicolas, et d' autres histoires de Noel.......
Je lui ai aussi dit que comme chrétiens, à Noel, nous célébrons surtout la naissance de Jésus.........

Par contre, ce que je voulais ajouter à votre article, c' est qu' on peut lier cette naissance de Jésus, que l' on fête, à des cadeaux qu' on s'échange en cette occasion...... comme les Rois Mages (autre histoire) venus offrir leurs cadeaux à l' enfant Jésus.
montessouricette
  • montessouricette (site web) | 24/11/2017
Ah oui, tout à fait ! Nous leur disons souvent que c'est un peu l'anniversaire de Jésus et que c'est une si grande fête qu'on ne se contente pas de lui faire des cadeaux à Lui (par de petits actes d'amour), mais aussi à tous les autres. C'est aussi l'idée qu'à chaque fois qu'on fait un geste envers quelqu'un, on le fait aussi envers Jésus. J'aime d'ailleurs beaucoup la façon de faire des Espagnols, qui offrent des cadeaux à l'Epiphanie plutôt qu'à Noël.
Clotilde Jannin
  • 2. Clotilde Jannin (site web) | 10/11/2017
Je partage entièrement ton avis ! Merci pour cet article bien argumenté.... c'est un sujet qui touche toujours un point sensible, surtout quand dans une même famille (au sens large), les cousins n'entendent pas la même chose chez eux.
montessouricette
  • montessouricette (site web) | 12/11/2017
Ah oui, c'est toujours délicat... C'est pour ça que je tiens aussi à ce nos enfants sachant que d'autres enfants croient au Père Noël et qu'il ne faut pas chercher à les détromper, ce n'est pas leur rôle... Comment gères-tu ces différences de croyances ? Que dites-vous aux enfants ?
moron
  • 3. moron | 30/10/2017
Je suis d'accord c'est une question qui déchaîne les passions, comme tout ce qui touche aux enfants et aux choix éducatifs des parents. Les croyances en général sont toujours transmises aux enfants par les adultes et ce, dès le plus jeune âge. Etant athée je ne me pose pas cette question de la transmission pour la religion, par contre j'inviterai mes enfants à être curieux des religions, à connaître «les bases». L'idée étant qu'ils fassent leur propre choix une fois qu'ils se sentiront prêts. Sans doute ce comportement va les influencer mais c'est le moins dirigiste il me semble. Pour le père noël, nous sommes à un autre niveau mais tu as raison de le mettre en parallèle. En fait je me demande si ce 1er mensonge qui va amener l'enfant de l'illusion à la désillusion est une étape importante de sa construction... je n'ai pas encore vraiment gratté cette question (psychologique) mais on pourrait penser que ce phénomène _de l'illusion à la réalité_ avec le rite du père noël «prépare» l'enfant à d'autres illusions/desillusions dans la vie ...
montessouricette
  • montessouricette (site web) | 30/10/2017
C'est une bonne question, d'autant plus que la crise d'adolescence est au fond ce même passage de l'illusion (mes parents savent tout) à la réalité/désillusion (en fait ils sont faillibles, donc je me rebelle...). Je pense tout de même qu'il est bon qu'un enfant puisse faire confiance à ses parents. Pour préparer cette désillusion de l'adolescence, je préfère leur montrer régulièrement que je ne sais pas tout ("je vais chercher, je n'en sais rien", ou "je ne sais pas, si tu allais chercher et que tu me disais quelle est la réponse ?") et que je peux me tromper. Je pense aussi qu'on peut développer le sens critique sans avoir recours à ce cycle de mensonge / rétablissement de la réalité. L'idée est d'aboutir à un bon équilibre entre scepticisme et confiance naturelle.

Ajouter un commentaire