Éducation et pédagogie

Petite fille arc en ciel

Les ambiances Montessori : quelles activités Montessori pour quel âge ?

Comme tout mode d’éducation, la pédagogie Montessori a son propre vocabulaire, qui peut parfois dérouter. Steiner a ses jardins d’enfant, Reggio a ses 100 langages, Froebel a ses dons, la pédagogie Montessori a ses ambiances.

Une ambiance Montessori, c’est en premier lieu un regroupement d’enfant (le fameux « groupe-classe » de l’Education nationale), dans une tranche d’âge assez large pour assurer un mélange des âges et favoriser la coopération entre les plus grands et les plus petits. C’est aussi un espace préparé avec du matériel spécifique, mais c’est avant tout une atmosphère, un cadre, qui regroupe aussi bien l’éducateur que la salle physique et les enfants qui s’y trouvent. Le premier rôle d’un éducateur est dons de « poser l’ambiance », qui doit être propice au travail et à la concentration.

On dit ainsi qu’un enfant fait partie d’une ambiance 3-6 ans ou d’une ambiance 6-12 ans, mais il en existe bien d’autres !

Le point commun entre les enfants d’une même ambiance est qu’ils partagent des besoins communs, des périodes sensibles communes (si le terme de « période sensible » vous est inconnu, je vous renvoie à ce billet où je vous explique tout). Les frontières entre les ambiances sont donc davantage liées à des caps de développement qu’à un âge précis, comme nous le verrons plus loin.

Quelles sont ces différentes ambiances et quelles activités y pratique-t-on pour répondre aux besoins des enfants ? C’est ce à quoi je vais m’efforcer de répondre dans cet article.

Lire la suite

Cadeaux de noel montessori sous le sapin

Des cadeaux de Noël dans l’esprit Montessori

Ce sondage sur Noël fait peur : le budget moyen que les parents dépensent en cadeaux de Noël se monte à environ 130 € par enfant. Si on y rajoute les cadeaux offerts par les grands-parents, les oncles et tantes, parrains et marraines… on peut donc raisonnablement estimer que chaque enfant reçoit pour plus de 250 € de cadeaux à chaque Noël ! Et encore, comme ces chiffres reposent uniquement sur les déclarations des parents, qui ont une forte tendance à sous-estimer leurs dépenses réelles lorsqu’il s’agit de leurs enfants, je ne serais pas étonnée que l’on dépasse en réalité les 300, 350 € par enfant.

Alors lorsqu’on me dit que le matériel Montessori est cher, qu’il est difficile de s’équiper, qu’il s’agit d’une pédagogie élitiste etc., je pense qu’il s’agit surtout d’une question de priorité. Nous nous sommes régulièrement fait offrir du matériel Montessori à Noël (en particulier du matériel de vie sensorielle, qui a une apparence ludique qui plaît aussi bien aux grands-parents qu’aux enfants) et vous savez quoi ? Les enfants ont adoré !

Pour eux, cela renouvelait agréablement le matériel de notre petite salle de classe et surtout, ce n’était qu’un prétexte à de nouvelles découvertes, de nouveaux apprentissages.

En parlant d’apprentissages, on peut aussi tout à fait se faire offrir une formation Montessori pour Noël. Voilà un cadeau qui aura un effet durable sur toute la famille !

Donc si vous avez peur d’être submergé par une énorme quantité de jouets au moment de Noël, pensez à ces cadeaux utiles et rendez-vous sur des boutiques Montessori fiables et sérieuses : je détaillerai un jour ces recommandations mais vous pouvez acheter sur les sites de Montessoria, de Tangram Montessori et d’123montessori en toute confiance, ils ont tous les trois un excellent rapport qualité-prix.

 

Mais savez-vous quelle est la pire révélation du sondage du Figaro ? Un an après, seulement un parent sur deux déclare que leur enfant s’est servi de tous les cadeaux qu’il a reçus à Noël dernier, et leur enfant n’y joue encore que dans un quart des cas…

Cela peut paraître fou : le jouet tant désiré, la poupée à la mode ou la boîte de Lego Star Wars pour lesquels ils se sont tant battus est devenu banal, ordinaire, un simple jouet parmi tant d’autres, après seulement un an !

 

Alors comment éviter cela et offrir à nos enfants des cadeaux qui les rendent réellement heureux ?

Lire la suite

Etagere de vie pratique montessori 1

Montessori à la maison : est-ce possible ?

Depuis l’expérience de Céline Alvarez à Gennevilliers, on parle beaucoup de l’application de la pédagogie Montessori à l’école. De plus en plus de professeurs s’en inspirent dans l’Education nationale, des éducateurs Montessori et des groupes de parents créent des écoles indépendantes un peu partout en France, bref la France rattrape petit à petit son retard par rapport à des pays comme l’Irlande, l’Angleterre ou les Etats-Unis, où les écoles Montessori font depuis longtemps partie du paysage éducatif.

En revanche, on parle beaucoup moins de l’application de cette pédagogie à la maison. Bien sûr, plusieurs livres existent sur le sujet, on trouve des coffrets Montessori chez la plupart des grands éditeurs, mais beaucoup de parents qui sont attirés par la pensée de Maria Montessori hésitent à se lancer. Les craintes sont généralement toujours les mêmes :

Lire la suite

Enfant qui regarde un détail au sol : période sensible des petits objets

Les 6 périodes sensibles Montessori... et les autres !

Parfois les enfants font des choses vraiment bizarres. Comme monter et descendre 20 fois de suite le même escalier. Ou nous montrer 50 fois la même image pour qu’on répète « chat ». Un jour, j’ai même retrouvé un bol que j’avais laissé traîner dans le salon, mystérieusement posé par terre dans la cuisine...

On pourrait mettre tout ça sur le dos de l’infantilité, penser qu’il s’agit d’un jeu ou d’une façon d’attirer notre attention... Mais si on cherche un peu plus loin, on met alors en évidence un phénomène fantastique découvert par Maria Montessori : les périodes sensibles.

Lire la suite

Enfant au piano

Activités extra-scolaires : ni trop, ni trop peu

Comme en chaque début d’année se pose le choix des activités extra-scolaires. Du judo à la danse, en passant par la musique ou le théâtre, c’est tout un équilibre à trouver entre le plaisir de la découverte, l’apprentissage de la persévérance et l’éducation globale de la personne. De nombreux écueils nous guettent : en le forçant, nous risquons de dégoûter un enfant d’une activité, ou de l’épuiser par un emploi du temps plein à craquer. Et comment éviter à nos enfants de papillonner d’une activité à l’autre, sans jamais s’engager et sans jamais rien faire à fond ?

 

Chez nous, les enfants ont beaucoup (beaucoup !) d’activités « extra-scolaires ». Justement parce qu’en fait toute notre vie est « extra-scolaire ». Avec l’école à la maison, nos après-midi sont libres pour des activités, des sorties, qu’elles soient culturelles, pédagogiques, sportives, ludiques, artistiques… Les enfants ne sont pas fatigués par une longue journée d’école, ils gardent donc suffisamment de concentration pour pratiquer une activité le soir. Le décalage avec les enfants scolarisés est parfois cocasse : nous nous sommes déjà retrouvés à nous changer rapidement dans la voiture parce que nous revenions d’une sortie pluvieuse en forêt (bottes, pantalons de pluie crasseux, K-ways…) et que mon aîné devait se rendre au solfège et retrouver ses petits camarades qui eux, sortaient bien proprets de l’école primaire voisine…

Lire la suite

Encrier

Éducation : les mots pour le dire

L’éducation ! Un bien grand mot… Mais quoi de plus approprié pour le premier billet de ce blog ? C’est un mot que j’aime beaucoup, car il renferme plusieurs sens. Etymologiquement, il viendrait à la fois d’educare, qui signifie nourrir, élever un animal, et d’educere, qui signifie mener en-dehors. Il est amusant de penser qu’au départ, éduquer un enfant consistait simplement à le nourrir correctement. Mais après tout, n’est-ce pas toujours le cas lorsque l’on parle d’éducation aujourd’hui ? Il s’agit bien de nourrir l’enfant, de lui apporter une subsistance.

  • Subsistance intellectuelle : apprendre à lire, écrire, compter, calculer, raisonner…
  • Subsistance morale : entretenir certaines vertus comme le goût de l’effort, le respect d’autrui, et décourager des tendances nuisibles comme le mensonge ou la violence.
  • Subsistance créatrice : apprendre à faire des choses de ses mains, à utiliser sa créativité, et à s’exprimer.

Lire la suite